Chronique: Suzy Kaseya, un faiseur des rois

En écoutant une chanson, nous nous limitons souvent à connaitre l’auteur ou lecompositer mais ces œuvres ou même ces chefs-d’œuvre ont aussi des arrangeurs qui de leurs magies artistiques étonnent les auteurs. Ils ne crient pas mais sont là.

Voici le récit dune rencontre entre Didi Mitovelli et Le maestro Suzy Kaseya:

En mélomane zélé, je savais que Monsieur Suzy Kaseya comptait parmi les arrangeurs les plus doués des deux rives du fleuve Congo… En découvrant d’autres titres qu’il a arrangés, voire certains écrits textuellement et musicalement, je passe de deux rives à l’ensemble du continent africain, avec Boncana Maïga! «Rebe» interprété par Mpongo Love… Son propre succès international qu’il interprète himself, «Le téléphone sonne»… «Tshibola», premier tube de Tshala Muana… «Les ont dit», «Sucré salé» interprétés par Mbilia Bel…

Didi Mitovelli et Suzy Kaseya

Avec Koffi Olomide, il habille musicalement «Porte-monnaie», et « le Rambo du Zaïre», émerveillé, s’écrie: «La pointure au-dessus!»… Mais avant, il est déjà dans les arrangements de «Ngobila», de «Koweït Rive gauche» … Pour «Coucou», le Maestro lui confie: «Koffi, tokokende Cuba, mais na esprit ya mboka!»… Il va récidiver ce voyage avec «Pablo» rendu par d' »immenses chanteurs », souligne-t-il en parlant de Jo Mpoyi et Malage de Lugendo… Et quand Papa Wemba commande «Ye te oh!», ce dernier lui dit de sa voix presqu’enrhumée: «Suzy, salela nga nzembo, tolongwa mboka!» Le son est donc world, prisé par les stations de radio internationales… Et que dire d’«Ainsi soit-il» dont il écrit le refrain, et qu’il arrange entièrement, en faisant venir son ami, Ray Lema, au piano… Likama ah!

Pour «Eau bénite» de Simaro Lutumba, Suzy Kaseya a le réflexe de demander à Madilu de parfaire sa voix-témoin… Voilà qu’au dernier jour du studio, le «grand ninja» souffre d’angine! C’est la voix-témoin qui se retrouvera dans la forme finale de la chanson… Autre signature musicale, «Prudence» de Reddy Amisi…

Sur une musique made by Suzy, Héritier Watanabe, alors chanteur de Wenge MM, sublime dans le titre dédié à Trésor Mputu… Et pourtant, et pourtant, le plus grand nombre ne retient de ce génie de l’art d’Orphée que «Kabila, soldat du peuple» avec de Souza, et surtout «Mbongué-mbongué» avec Evoloko… Là aussi le refrain de «Samedi soir», un des titres de ce best of Lay-Lay, n’est pas sans rappeler (ou vice-versa) celui de «Wake Up»… Le Maestro est passé par là… Comme c’est le cas avec la qualité, on ne sait finalement pas définir ce musicien d’exception qui a même collaboré avec Jean-Michel Jarre, mais on sait seulement le reconnaître…

Ce texte est du chroniqueur-analyste Didi Mitovelli

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *