Ituri: Jean Bamanisa appelle à l’apaisement

Ayant fait l’objet d’une motion de censure entraînant sa déchéance et celle de son gouvernement provincial, le numéro un de l’exécutif provincial de l’Ituri Jean Bamanisa Saïdi a tenu à clarifier la situation politique au sein de sa province pour éradiquer les amalgames et éclairé l’opinion.

“ A cet égard, l’opinion semble désemparée des conséquences de cette motion par rapport à la gestion de la Province en général et de la sécuritė caractérisée aujourd’hui par l’intensification des violences des groupes armés surtout dans les Territoires de Djugu et d’Irumu, provoquant des inquiétudes parmi les différentes couches de la population” a renseigné le communiqué.

Par la suite, le Gouverneur de la province de l’Ituri a exprimé ses sincères compassion envers les forces armées, les familles des victimes.

Dans le vif de ses propos, le patron de l’Ituri informé sa population qu’il a présidé successivement deux réunions extraordinaires du Conseil des Ministres et du Comitė Provincial de Sécurité.

Au cours de ces réunions, plusieurs situations ont été passées en revue et cela dans plusieurs secteurs notamment : Le secteur politique, tablant sur le fonctionnement du Gouvernement provincial, des entités et services publics.

S’agissant du secteur social, Jean Bamanisa a invité toute la population, à qui, il a légitimement droit à la redevabilité de toutes les actions du Gouvernement Provincial, à s’apaiser.

En bon père de la province, il exhorte les ituriens à l’unité, à la cohésion sociale, à la cohabitation pacifique pour construire ensemble la paix et endiguer l’insécurité par la dénonciation, la désolidarisation des groupes armés et à ne pas céder à toute forme de manipulation et d’intoxication de nature à semer la division, les troubles à l’ordre public, le non-respect des autorités et institutions.

Au niveau économique, il invite les opérateurs économiques, les assujettis et la population à vaquer normalement à leurs occupations et à s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis de l’Etat et de la Province.

Tous les services sociaux de base doivent fonctionner normalement : les écoles, les marchés, les hôpitaux et autres. Au niveau des partenaires humanitaires, de stabilisation et de développement, je les invite de poursuivre sans relâche leurs interventions au bénéfice de nos populations et à compter sur le Gouvernement Provincial qui est toujours en fonction.

Au plan sécuritaire, le Comité Provincial de Sécurité, après la revue de l’état de la Province, tient à rassurer la population que le vote de la motion n’a aucune incidence sur les dispositions conséquentes pour la sécurité des personnes et de leurs biens à travers toute la Province.

Il est rappelé aux groupes armés de respecter les engagements pris, de cesser les exactions contre les paisibles populations et aux FARDC de combattre les groupes réfractaires qui écument la population Iturienne.

Enfin, pour terminer, s’agissant de la motion de censure elle-même, le gouvernement provincial reste serein et mettra à la disposition du public, pour information, le moment venu, les éléments de réponse aux préoccupations évoquées dans ladite motion. “Je tiens à informer l’opinion que j’effectuerai, dans les prochains jours, le déplacement de Kinshasa pour présenter le rapport du Gouvernement Provincial aux autorités du pouvoir central, et au Chef de l’Etat à qui je réitère mes hommages les plus déférents, sur la situation globale de la Province. Enfin, eu égard aux irrégularités dans la procédure ayant abouti au vote de la motion de censure, le Gouvernement Provincial se réserve le droit de saisir les instances juridictionnelles compétentes pour être rétabli dans ses droits, comme l’exige l’Etat de droit” a renseigné Jean Bamanisa.

Il faut rappeler que le vote de la motion de censure ne signifie pas que le Gouvernement Provincial de l’Ituri arrête de travailler. Bien que réputé démissionnaire, il continue à gérer toutes les affaires de la compétence de la Province conformément à la Constitution et aux lois de la République. Cela signifie que le Gouverneur, le Vice-Gouverneur et tous les Ministres Provinciaux restent en fonction jusqu’au jour de la remise et reprise avec le nouveau Gouverneur et Vice- Gouverneur élus par l’Assemblée Provinciale et investi par le Chef de l’Etat Pour atteindre ses objectifs, il y a toutefois des étapes prévues par la Constitution et les lois à savoir : La lettre de démission du Gouverneur présentée au Président de la République qui en prend acte ou pas.

sakola.info/justeinfo.net

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *