Nord-kivu: Une délégation des sénateurs à Goma pour compatir avec la population victime de l’éruption du volcan nyiragongo

Une première délégation de la chambre des sages de la République Démocratique du Congo envoyée par le Président du sénat Modeste Bahati Lukwebo, ce dimanche à Goma pour montrer sa compation envers les populations touchées par l’éruption du volcan nyiragongo le samedi 22 mai 2021.
Cette délégation est conduit par le sénateur élu du nord Kivu Pierrot Kabanda accompagné par deux autres sénateurs de la même province dont le sénateur Célestin Vunabandi et Jean Baumbiliya plus une dame sénatrice élu du haut lomami.
Pour le chef de la dite délégation le sénateur Pierrot Kabanda, la délégation est venue compatir avec la population de Goma et Nyiragongo
 » Il n’est pas question que les parlementaires restent à Kinshasa et laisser la population seule dont nous ne cessons de nous battre pour l’amélioration de ses conditions de vie en train de faire face au drame causé par l’éruption du Volcan Nyiragongo.
Nous sommes là pas uniquement pour venir s’acquérir de la situation sur terrain, mais également pour compatir avec la population qui a presque tout perdu faute à l’éruption du Volcan Nyiragongo qui est et reste un danger permanent pour la ville de Goma et ses environs.
Dès le premier jour on aurait dû venir pour compatir avec la population mais nous avons été retardé à Kinshasa suite à des dangers dus à l’éruption du volcan Nyiragongo et que l’inactivité de l’aéroport international de Goma a retardée l’arrivée de la délégation, mais rassure la population sinistrée que les bonnes choses arrivent.
En 1977 moi j’étais ici et j’étais en sixième année secondaire. Il a eu éruption volcanique, en 2002 j’étais encore ici, il a eu éruption et la vie ne s’est pas arrêté. C’est pour dire aux gens que la vie ne s’arrête pas et d’ailleurs des bonnes choses sont devant » a dit le sénateur Pierrot Kabanda à la presse.
Il appelle la population de la ville de Goma et ses environs au calme et ne pas suivre tous ce qui ce passe sur les réseaux sociaux car les personnes mal attentionnées sont nombreux pour planter la peur dans la population.


Junior Akilimali.

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *